Communauté d’Agglomération Plaine Vallée

Communauté d’Agglomération Plaine Vallée

Edition 2016 - Val-d'Oise (95)

Renforcer la cohésion des forces de sécurité

Une journée en milieu militaire, pour apprendre aux forces de sécurité du territoire à se connaître et à se respecter.

 

Policiers municipaux, nationaux, gendarmes, sapeurs-pompiers, agents de sécurité de la SNCF et de la RATP… Ils assurent la sécurité au quotidien, chacun dans son domaine de compétence, mais ignorent souvent tout les uns des autres. Ce qui rend parfois difficile la coopération au cours d’une même intervention. Or, « l’efficacité des forces qui contribuent à la tranquillité publique ne peut fonctionner qu’avec cohésion, complémentarité et confiance », constate Luc Strehaiano, maire de Soisy-sous-Montmorency et président de la communauté d’agglomération de Plaine-Vallée (Val-d’Oise, 18 communes, 183 000 habitants). Lorsque la police d’agglomération a été créée, il y a dix ans, Plaine-Vallée a commencé à organiser un « stage de cohésion », le dernier vendredi de juin. Les personnels de sécurité y apprennent à se connaître, acquièrent une « doctrine de cohésion » commune et partagent leurs compétences. Objectif : créer une solidarité de groupe bénéfique à l’intérêt général. Ce stage professionnel et convivial est obligatoire pour tous les nouveaux policiers municipaux. Il se déroule sous l’égide du directeur de la police d’agglomération et de l’instructeur aux activités physiques professionnelles de la direction de la police judiciaire de Paris. Les stagiaires sont accueillis dès 6 h du matin au centre d’initiation aux techniques commandos de l’armée de l’air du Fort militaire de Montmorency. Répartis par groupes mixant leurs services d’origine, ils sont accompagnés toute la journée par une équipe d’instructeurs et d’encadrants issus des administrations participantes.

 

Et aujourd’hui ?

Initialement destinée aux policiers municipaux, cette formation a été progressivement ouverte aux autres forces de sécurité intervenant sur le territoire. Elle sera même accessible, en 2017, au personnel de sécurité d’un centre commercial. Grâce au stage de cohésion, la communication et les échanges au quotidien sont plus faciles. « Nous n’avons plus à gérer de différends entre les personnels, se félicite Dominique Guilloux, coordonnateur de la police d’agglomération. Chaque agent connaît mieux les préoccupations professionnelles et la complexité de fonctionnement des autres corporations. » En juin 2016, quatre-vingt dix personnes ont suivi le stage. C’est toutefois trop, explique Dominique Guilloux : « nous allons repasser à soixante stagiaires, afin que chacun participe à tous les ateliers ». Parallèlement à l’accroissement du nombre de stagiaires, les encadrants sont passés de dix à quarante-huit au fil des années. Luc Strehaiano ne cache pas sa satisfaction : « c’est un rendez-vous dont tout le monde me parle, qui apporte un respect mutuel aux stagiaires. Ils apprennent à se parler d’une façon différente ». Le stage sera désormais adapté au contexte des attentats, avec mises en situation.

 

Dix ateliers, quatre parcours de formation

– Un parcours d’audace, pour dépasser les appréhensions : peur de l’inconnu, du vide…

– Un parcours d’évasion, qui se déroule dans le noir absolu, où les stagiaires doivent se déplacer sur 200 mètres, uniquement à l’aide de leurs sens : ouïe, toucher, orientation…

– Un parcours de progression : en milieu confiné ou en extérieur, cet exercice est élaboré autour d’une situation professionnelle que le stagiaire est susceptible de rencontrer durant ses missions.

– Un parcours du combattant, où le dépassement de soi, le moral et la cohésion sont indispensables pour franchir vingt-neuf obstacles.

 

Lancement : 2008

Public : les personnels de sécurité intervenant sur le territoire de l’agglomération

Partenaires : direction de la police judiciaire de Paris

Budget : environ 10 euros par agent, hors salaire des encadrants

CCAS Montpellier

CCAS Montpellier

Prix du Jury pour son projet « Le numérique au service de l’action sociale ». Le Centre communal d’action sociale (CCAS) de Montpellier a créé un tiers lieu destiné à lutter à la (...)

Prix du Jury - Edition 2020 - Hérault (34)

Ville de Brest

Ville de Brest

Prix Coup de cœur pour son projet « Handibox facilite l’accès à la culture des personnes en situation de handicap ». Avec sa Handibox, la ville de Brest a souhaité lever les (...)

Prix coup de coeur - Edition 2020 - Finistère (29)

Région Ile-de-France

Région Ile-de-France

Prix GMF pour son projet « L’apprentissage des langues gratuit pour tous ». Le Conseil régional d’Île-de-France souhaite devenir une « Région multilingue » d’ici 2022. Pour y parvenir, la collectivité propose aux Franciliens (...)

Prix GMF - Edition 2020 - Ile-de-France

La commune de Tarbes

La commune de Tarbes

Pour son programme « Education au Développement Durable » en partenariat avec l’Education Nationale. Le programme, mis en place depuis septembre 2010, concerne les enfants des cycles 2 et 3 (CE2, (...)

Prix Gazette - Edition 2019 - Hautes-Pyrénées (65)